Actualité
à la Une

[ALUMNI] Lucas Frayssinet et Ophélie Giralt, dans l’émission “Echappées Belles”.

2022-11-16

Ce samedi 19 novembre, aura lieu la diffusion de l’émission “Echappées Belles” sur France 5 à 20h55.Nous y retrouverons deux de nos anciens étudiants, Lucas FRAYSSINET, Ophélie GIRALT qui sont partis pendant de longs mois sur les îles Féroes. Jérôme PITORIN (journaliste, réalisateur et animateur de télévision) de l'équipe d'Arté les a rejoints pour découvrir l'archipel de 18 îles, sur les Îles Féroes, qui constituent un pays constitutif du Danemark.Lors de l’émission, ils parleront de leurs projets photographiques, iront visiter la capitale Tórshavn qui se situe sur l’île principale Streymoy. Nous les verrons tenir une dégustation de spécialités locales et ensuite, ils réaliseront une photo à la chambre photographique avec les enfants de la classe de la ville de Toftir. En effet, Ophélie et Lucas ont travaillé lors de la dernière année scolaire sur les mythes et les légendes avec cette classe de CM1. Ils ont réalisé différentes photographies avec les enfants en les mettant en scène avec des costumes. Vous pouvez découvrir une vidéo sur le backstage, réalisée par Lucas Frayssinet.Lucas FRAYSSINET et Ophélie GIRALT Lucas, originaire d’Agen, a débuté la photographie grâce à son père également passionné. Il est donc allé suivre la formation BTS Photographie de l'ETPA et a continué avec la 3ème année d'Approfondissement. Lucas développe son activité de photographe, il crée en continu et navigue entre ses projets de portraits, et ses reportages, en France comme à l'étranger.  En 2020, il fut Lauréat de la Jeune Photographie Occitanie. En février 2021, il fait parti de l'Agence de photographes Hans Lucas. Son travail est axé sur l'humain ainsi que sur les problématiques sociales et environnementales.Ophélie est originaire du Nord-Est de la France. A 21 ans, elle intègre l'ETPA à Toulouse afin de poursuivre ses études pour obtenir une licence en photographie. En deuxième année de ses études, elle participe au campus international des Promenades Photographiques de Vendôme et obtiendra sa licence avec mention spéciale du jury pour le Grand Prix de septembre 2020.Elle s’oriente vers une photographie en rapport à l'enfance en explorant les fragments de ses souvenirs passés. Elle met un accent pour la mise en scène et le portrait. Leur Instagram :Lucas Frayssinet ; Ophélie Giralt

etpa

[ALUMNI] Tao Douay lauréat du Prix LNP

2022-11-05

Les 4 et 5 novembre dernier a eu lieu à Paris le Festival Les Nuits Photo. Cet événement, créé en 2012, mais qui existe sous cette forme depuis seulement 2021, s’est tenu conjointement à L’Entrepôt (14e arrondissement) et à la Bibliothèque François Villon (10e arrondissement), et a rassemblé près d’un millier de personnes, venues découvrir les œuvres proposées par les candidats de cette édition 2022.Le Festival Les Nuits Photo met à l’honneur le film photographique, forme hybride qui offre aux photographes de nouveaux champs d’expression, que l'événement vient recomposer chaque année du Grand Prix LNP. Pour cette édition 2022, les organisateurs ont reçu pas moins de 96 projets, proposés par des artistes venus de France, de Belgique, d’Espagne, d’Allemagne, mais aussi d'Argentine, du Canada, du Sri Lanka, du Maroc et de Turquie.Chaos ou l’omniprésence de la mortEt c'est un ancien étudiant de l’ETPA, Tao Douay, qui a remporté le Grand Prix LNP. Une récompense attribuée pour son film Chaos dans lequel l'artiste, qui a remporté le Grand Prix Photo de l’ETPA en 2012, met en mouvement des photographies en noir & blanc, sur lesquelles il superpose des illustrations macabres, qui viennent rappeler au spectateur la fragilité de notre humanité, face à laquelle les hommes - de tous temps et de tous âges - sont tous égaux. "Nous venons au monde en sursis, explique Tao Douay, mais la mort est si terrifiante que nous feignons de l’ignorer. Pourtant, lorsqu’un·e proche s’en va, la gravité de notre condition nous rattrape". Une mort certaine donc, que l'on tente d'oublier, de repousser, mais qui est en nous à chaque instant, comme le rappelle ce travail, certes sombre, mais empreint d'une grande sincérité.Des talents au révélateurEn remportant le prix LNP, Tao Douay se voit octroyer une dotation de 1000€ par la SAIF. Aussi, son travail sera diffusé sur les médias partenaires du festival (9 Lives Magazine et Fisheye Magazine), ainsi que dans le cadre des Promenades Photographiques de Blois et des Nuits Photographiques de Pierrevert.Cette édition du festival Les Nuits Photo a été l'occasion de mettre en lumière d'autres jeunes talents. On peut notamment citer Julien Athonady et Thibault Le Marec, lauréats du prix Diapéro 2022 avec leur film Cape ou pas Cape ?, ou encore Salomé Hévin, qui a remporté le prix de la Cassette 2022 avec son film Des frères.© Tao Douay, Lauréat du GRAND PRIX LNP 2022 avec CHAOS 

etpa
Toutes les actualités
1666687743-prix-mark-grosset-maeve-benaiche

[ALUMNI] Prix du Public Mark Grosset 2022 attribué à Maëva Benaiche

25 octobre 2022

Maëva Benaiche était en lice face à une vingtaine d’étudiants, tous issus des plus grandes écoles européennes de photographie.Le prix Mark Grosset - SAIF, moment phare des “Promenades Photographiques”Nous vous l’annoncions il y a quelques semaines déjà : à l’occasion de l’édition 2022 du festival Promenades Photographiques, ils étaient une vingtaine d’étudiants - tous issus d’écoles de photographie européennes - à concourir dans le cadre du prix Mark Grosset - SAIF. Ce prix, qui se veut un véritable trait d’union entre les jeunes talents de la photographie à l’échelle européenne, vise aussi à accompagner ces jeunes artistes et à les aider dans leur pratique artistique.L’ETPA est fière d’annoncer qu’à l’occasion du Prix Market Grosset - SAIF 2022, Maëva Benaiche, issue de la promotion 2021 de l’ETPA et lauréate du Grand Prix Photo de la même année, a été récompensée du Prix du Public. C’est sa série MAGMA qui a recueilli les faveurs du public, un travail que l’artiste elle-même dépeint de façon très personnelle, tel un bouillonnement intérieur qui constitue son énergie créatrice : “Je suis en perpétuelle agitation, coincée dans un entre-deux, décrit-elle. Je veux poursuivre mon chemin mais n’arrive pas complètement à passer outre ce bégaiement. [...] Je me retrouve ainsi partagée entre l’envie d’en découdre et le besoin de m’accepter complètement. Mais cette acceptation n’est jamais figée dans le temps : elle m’agite et constitue mon magma.”Maëva Benaiche reçoit avec cette distinction une dotation de 1000€ en partenariat avec la Société des Arts visuels de l'Image Fixe et la ville de Vendôme (SAIF), ainsi que 500 € de matériel photographique, avec Fujifilm France.Maëva Benaiche en quelques motsNée à Toulouse en 1996, Maëva Benaiche intègre l’ETPA en 2018. Au fil de sa formation, elle se construit un univers artistique très personnel, et réalise des séries audacieuses. Depuis sa sortie de l’ETPA il y a un peu plus d’un an, et l’obtention du Grand Prix ETPA 2021, elle ne s’est pas reposée sur ses lauriers ! En un peu plus d’un an, la jeune photographe a participé à de nombreux événements - Manifesto, La Quinzaine de l’image, Promenades Photographiques, ou encore Papier(s) Photo - durant lesquels elle a souvent été recompensée.Félicitations à elle ![[push]]

Etpa - Actualités
1665648954-salon-de-la-photo-la-villette-4

Salon de la Photo 2022 à La Villette, un retour en force !

13 octobre 2022

L’édition 2022 du Salon de la Photo de la Villette a tenu toutes ses promesses ! Après une parenthèse de deux années qui a semblé une éternité, l’événement est revenu, plus grand et plus fort, pour l’immense bonheur de tous les amoureux de photographie.Edition 2022 : pratique et échanges en vedetteAprès deux éditions consécutives annulées en raison de la pandémie, ils ont été nombreux à fouler la Grande Halle de la Villette et à renouer avec le rendez-vous phare de la photographie ! Du 6 au 9 octobre dernier, photographes et vidéastes professionnels, amateurs d’images et autres esthètes se sont rassemblés autour de leur passion commune, à l’occasion de l’édition 2022 du Salon de la Photo.Cette année, les organisateurs ont souhaité placer l’interaction, la pratique et l’échange au cœur de l’événement, en favorisant notamment les expériences de prise de vue. Ainsi, les visiteurs ont eu l’opportunité de participer à divers ateliers - autour du portrait, de la street photographie, de la photographie d’architecture ou encore des techniques d’impressions - animés par des professionnels de renom. D’autres animations, masterclasses et testings ont jalonné ces 4 journées, pour le moins riches en découvertes.Une ancienne étudiante de l’ETPA exposée au Salon de la PhotoCôté expo, l’édition 2022 du Salon de la Photo était grandement attendue, avec notamment la Grande Expo du Salon dédiée à la photographe François Huguier et à sa série De femme à femmes. Parmi les autres artistes exposés, les visiteurs ont pu (re)découvrir le travail d’Ana Maria Arévalo Gosen, ancienne étudiante de l’ETPA, et plus spécifiquement sa série Días Eternos, récompensée à de nombreuses reprises, et pour laquelle l’artiste s’est immergée dans l’univers carcéral vénézuélien, afin d’y dresser le portrait de ces femmes emprisonnées et de témoigner de la réalité de leurs conditions de détention.L’ETPA était bien évidemment présente pour ce retour tant attendu du Salon de la Photo, afin d’y exposer le travail de ses étudiants et développer des relations durables avec les différents acteurs de la photographie.

Etpa - Actualités
1663918666-exposition-julie-vaurs-05

[EXPO] Dorian Loubière expose à Aurillac

23 septembre 2022

Depuis le 20 septembre dernier, Dorian Loubière, ancien étudiant de l’ETPA, expose sa série Retour sur les années 50, qui lui donne l'occasion de nous immerger dans l'atmosphère du siècle dernier, pour lequel il nourrit un profond attachement.Un travail à la croisée de la photographie, de la peinture et du cinémaC'est à l'occasion de ses études à l'ETPA que Dorian Loubière débute son projet d'exposition sur les années 50. Dans cette période, il dit être attiré par "ce moment de l’immédiat après-guerre, de la France qui se reconstruit, le début des 30 glorieuses et ce parfum de réalisme poétique…". Ce sont notamment les petits villages de son Cantal natal qu'il met en image, et auxquels il tente de donner une vision aussi précise que réaliste, pour permettre à chacun de s'y plonger, à la manière d'un film d'époque. "J'ai cherché à reconstituer des scènes de la vie quotidienne de cette époque avec le souci constant d’éviter [...] toute forme d’anachronisme afin de retrouver la réalité matérielle de l’époque et mieux restituer l’esprit du temps", explique-t-il. Pour chacun de ses clichés, il faut compter des semaines de travail et de préparation, où l'artiste part à la recherche de costumes d'époque, de véhicules anciens, de menus détails qui participent à une mise en scène pointilleuse et réfléchie. Il peut compter sur son entourage pour prendre la pose, et figurer les habitants de ces villages qu'il dépeint sur la toile de son appareil photo.Le rapport au passé comme toile de fondC'est au sein du Théâtre d'Aurillac qu'il expose actuellement cette série, dont les œuvres - une dizaine - ont été travaillées avec le même souci que le cinéaste sur un film d'époque.Les thématiques de l'histoire, des époques révolues, du temps passé, sont assez prégnantes dans le travail du jeune artiste, et nombre de ses travaux y font écho. C'est d'ailleurs par ce biais qu'il a initié le projet de devenir photographe professionnel, lorsque, alors encore lycéen, il met en œuvre un travail dans lequel il superpose des photos d'époque sur les emplacements d'origine de ces clichés.En brefQuoi ? L'exposition Retour sur les années 50Quand ? Du 20 septembre au 22 octobre 2022Où ? Théâtre d'Aurillac - 4 Rue de la Coste - 15000 Aurillac Crédits Photos : Julie Vaurs

Etpa - Actualités
1663600094-noemie-lecampion-festival-manifesto-2022-7

[EXPO] Noémie Lecampion au festival Manifesto

19 septembre 2022

Alors que le Grand Prix ETPA 2022 récompensait il y a peu le travail de l’étudiante Noémie Lecampion - qui y présentait pour l’occasion sa série Monochrome -, la jeune diplômée revient sur le devant de la scène, pour deux expositions dans le cadre du festival Manifesto.Lorsqu’ils remportent le Grand Prix ETPA, les lauréats voient généralement leur travail bénéficier soudain d’une plus large exposition, qui les emmène à la rencontre d’un grand nombre de passionnés de la photo et de professionnels engagés. Lauréate en juin dernier, Noémie Lecampion ne fait pas exception !Manifesto : un événement, deux expositions pour Noémie LecampionC’est dans le cadre du festival Manifesto, qui permet chaque année au lauréat du Grand Prix ETPA de présenter ses travaux, que la jeune photographe expose dans un premier temps sa série Monochrome. Celle-là même qui lui a permis de remporter le Grand Prix 2022. Ce projet, qu’elle a mené durant ses études à l’ETPA, est né d’une rencontre avec le travail et l’histoire personnelle de l’artiste français Yves Klein, qui s’est notamment fait connaître avec son invention de l'IKB (International Klein Blue). Monochrome est actuellement exposé au Laboratoire Photon, et ce jusqu’au 6 décembre 2022.Toujours dans le cadre du Festival Manifesto, Noémie Lecampion expose jusqu’au 1e octobre une autre série, Impressionnisme, qu’il est possible de découvrir Place Saint-Pierre. Ce travail, pour lequel l’artiste est allée à la rencontre des peintres impressionnistes du XIXe siècle, l’a amené “sur ces chemins, dans leurs ateliers, leurs jardins, leurs étangs [où] nous nous imprégnons de leurs univers, dans une recherche pointilliste d’un monde disparu.”À découvrir d’urgence !En brefNoémie Lecampion, Grand Prix ETPA 2022Monochrome, au Laboratoire Photon du 14 septembre au 6 décembre 2022Impressionnisme, Place Saint-Pierre, du 16 septembre au 1e octobre 2022

Etpa - Actualités
1663339896-laureat-harent-mentorat-vu-fonds-regnier-2

[ALUMNI] Cloé Harent lauréate du prochain Mentorat Vu'/Fonds Régnier pour la Création

16 septembre 2022

Alors que les travaux des lauréats de la 2e édition du mentorat VU’ / Fonds Régnier pour la Création sont actuellement exposés à Paris, ce sont les noms des lauréats de la 3e édition qui ont été récemment dévoilés. Parmi eux, l’ETPA est fière d’annoncer la présence d’une ancienne étudiante de la section photo de l’école : Cloé Harent.Cloé Harent : de l’urgence de photographierLorsqu’elle sort des rangs de l’ETPA, Cloé Harent travaille déjà en tant que photographe professionnelle. Elle n’a pas attendu l’obtention de son diplôme pour exercer son activité, pressée de faire parler son appareil. Au Grand Prix ETPA 2019, elle se fait remarquer en obtenant le Prix Spécial du Jury, avec sa série Presque trop tard, qu’elle consacre à ses grands-parents et au lien fragile qu’ils entretiennent encore avec la vie. Dès ces prémices, l’artiste évoque cette urgence qui caractérisera sa démarche artistique : l’urgence de saisir les derniers instants, de garder une trace, de fixer pour ne pas oublier. “Il faut vite immortaliser ce qui est sur le point de non retour, qui subsiste, qui se fait de plus en plus rare... La photographie soulage car elle devient la sauvegarde visuelle d’une mémoire mentale flottante”, dira-t-elle par ailleurs.C’est donc son travail et cette démarche qui lui est propre qui ont su toucher les membres du jury du Mentorat VU’/ Fonds Régnier pour la Création, et dont le choix s’est porté sur l’ancienne étudiante de l’ETPA pour faire partie des 6 lauréats de cette 3e édition.Mentorat VU’/ Fonds Régnier pour la Création : 9 mois pour apprendreLe Mentorat VU’/ Fonds Régnier pour la Création est une initiative menée conjointement par l’Agence VU’ et le Fonds Régnier pour la Création. Son objectif : accompagner pendant 9 mois des photographes émergents, afin de les aider à développer leur pratique et apporter à leur travail une meilleure visibilité. Pendant 270 jours, les 6 lauréats auront l’occasion de participer à un grand nombre d’événements (consultations d’experts, rencontres professionnelles, formations du programme VU’ Education, ateliers…), qui leur permettront “d’aiguiser leur compréhension du monde professionnel et leur donner des outils pour inscrire leur singularité dans le paysage de la création contemporaine.” A l’issue du programme, les travaux réalisés tout au long de ces 9 mois d’accompagnement seront dévoilés au grand public, dans le cadre d’une exposition qui se tiendra à Paris. Félicitations aux 6 lauréats, et plus particulièrement à Cloé Harent !

Etpa - Actualités
1662995290-expo-panorama-de-la-jeune-photographie-europeenne

[EXPO] Panorama de la Jeune Photographie Européenne

12 septembre 2022

Tout juste diplômé de la section photo de l’ETPA, Martin Portes Salbayre exposera sa série La Grange, à l’occasion du Panorama de la Jeune Photographie Européenne, qui aura lieu à Céret (Pyrénées-Orientales) du 1e octobre au 12 novembre 2022.La Grange : deux mondes, une sérieC’est dans la commune de Céret, au cœur des Pyrénées-Orientales, et plus spécifiquement au sein du Centre d’Art et de Photographie Lumière d’Encre que sera exposé le travail de Martin Portes Salbayre. Tout juste sorti des bancs de l’ETPA, ce jeune diplômé de la 3e année d’approfondissement photographique y présentera sa série La Grange, sélectionnée pour apparaître aux côtés des travaux d’autres jeunes photographes européens, dont le talent ne fait déjà aucun doute.Pour cette série, Martin est allé à la rencontre de Bruno, 66 ans, chercheur au CNRS, qui a restauré une ancienne grange pour un nouveau projet de vie. Sur son site internet, l’artiste retranscrit les mots de cet homme mûr, dont il dépeint en photo le quotidien, qu’il partage entre sa maison et son lieu travail, avec tous les écarts - d’ambiance, de rythme, de couleurs - que cette disparité comprend."Cette maison je l’ai construite pour dépendre le moins possible de la société. J’utilise le solaire, mon eau est tirée d’un puits à vingt mètres, le feu vient du bois que je coupe et je fais pas mal de réserve de nourriture et du tabac pour un mois ou deux. C’est une maison qui survit. Et puis comme ça, ma fille pourra y aller quand elle voudra. Je me lève quand je veux, je mange quand je veux, travaille si j’ai envie tout en ayant la liberté devant ma fenêtre. On peut dire que c’est un choix car c’est moi qui ai bâti ma propre liberté tant que j’ai l’argent suffisant pour manger et rouler en voiture, moi ça me va bien car tu sais, on gagne pas tant que ça quand on est chercheur…"Lumière d’Encre et le Panorama de la Jeune Photographie EuropéenneLumière d'Encre est avant tout un lieu culturel dédié à la photographie, qui propose tout au long de l’année des expositions, des résidences d’artistes, des conférences, et dont la vocation est de promouvoir la photographie contemporaine.En 2022, ce lieu d’échange devient le Centre d’Art et de Photographie Lumière d’Encre (CAPLE), et crée à cette occasion une nouvelle manifestation : le Panorama de la Jeune Photographie Européenne. Son ambition : donner de la visibilité aux réalisations de jeunes talents issus des écoles européennes de photographie partenaires de l’événement. C’est donc aux côtés d’étudiants de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles (ENSP), de l’École Supérieure des Beaux Arts de Nîmes (ESBAN), de l’Institut d’Etudes Photographiques de Catalogne (IEFC) et de l’Ecole Internationale de photographie Grisart que Martin Portes Salbayre exposera son travail, ambitieux et original, portant haut les couleurs de l’ETPA. Bravo à lui !Infos pratiquesQuoi ? Le Panorama de la Jeune Photographie EuropéenneQuand ? Du 1e octobre au 12 novembre 2022Où ? Centre d'art et de photographie Lumière d'Encre - Place Pablo Picasso - 66400 Céret 

Etpa - Actualités
1662554357-expo-d-oc-image-a-la-une

[EXPO] Découvrez d'anciens diplômés à l'Expo “D’OC”

05 septembre 2022

C’est sur les chapeaux de roue que le centre photographique sétois ImageSingulières démarre la rentrée ! Au programme pour ce mois de septembre : le vernissage de l’exposition D’OC, où 6 photographes nous amènent à la découverte de leur vision subjective et personnelle des territoires d’Occitanie, ainsi qu’une multitude d’événements (exposition, ateliers, table ronde, rencontre signature…) pour petits et grands, organisés à l’occasion des Journées du Patrimoine.“D’OC”, ou comment documenter le territoire occitanL’exposition D’OC prend vie un jour de 2019, à l’initiative d’ImageSigulières. C’est dans une démarche de documentation itinérante que le centre photographique effectue une première commande, auprès de la jeune photographe Melody Garreau (Grand Prix ETPA 2017), sur le thème des voies navigables qui arpentent le territoire occitan. Son travail sera suivi de celui de 3 autres artistes : Adrien Ribet (mention spéciale du jury ETPA 2018) qui parcourt pour le projet une partie des Pyrénées; Marianne Thazet (mention spéciale du jury ETPA 2019) qui s’est lancée pour l’occasion à l’assaut des chemins de Compostelle; et Théo Combes (Grand Prix ETPA 2017) qui donne à voir un regard original et percutant sur la ville de Montpellier. En 2021, c’est au tour de Paul Baudon (Grand Prix ETPA 2019) d’être sollicité, et de proposer une série consacrée à la ville de Toulouse. Enfin, le projet s’achève avec Pauline Dupin (mention spéciale du jury ETPA 2020) et son travail sur le Parc national des Cévennes.Ce sont donc au total 6 artistes - 3 hommes et 3 femmes - qui ont dessiné des chemins subjectifs, documentant chacun à sa façon, avec sa propre sensibilité et son identité photographique, une partie de l’Occitanie.“D’OC” en star des Journées du PatrimoineÀ l’occasion des Journées du Patrimoine, le centre photographique ImageSingulières sera exceptionnellement ouvert. Les visiteurs pourront justement y découvrir l’exposition D’OC, et rencontrer les 6 photographes ayant pris part au projet - tous issus de l’ETPA. Ces derniers participeront à une séance de signature du livre D’OC, six regards sur l’Occitanie, qui rassemble leurs travaux et permet de dessiner les contours géographiques de cette région créée de la fusion du Languedoc-Roussillon et des Midi-Pyrénées.Les Journées du Patrimoine sont aussi une formidable occasion pour ImageSingulières d’émerveiller ses visiteurs, avec une programmation qui enchantera petits et grands :Samedi 17 septembre - 10h-18h10h – Ouverture de l’exposition11h – Vernissage de l’exposition D’OC et signature du livre photographique15h – Table ronde Photographier un territoire, animée par Sonia Chalbi (Papier de Soi), cette table ronde rassemblera les photographes Paul Baudon et Marianne Thazet, ainsi que David Fourré des éditions Lamaindonne, qui traiteront de la spécificité de la commande photographique sur un territoire.Dimanche 18 septembre - 10h-18h10h – Ouverture de l’exposition “D’OC”11h – Autour de l’exposition “D’OC”, les visiteurs pourront participer à un atelier photographique15h – Paroles de photographes : visites commentées de l’exposition D’OC et signature du livre D’OC, six regards sur l’Occitanie en présence de Paul Baudon, Théo Combes, Pauline Dupin, Melody Garreau, Adrien Ribet et Marianne Thazet.Plus d’infosQuand ? Les 17 et 18 septembre 2022Où ? Au centre photographique ImageSingulières

Etpa - Actualités
Voir plus d'actualités